Petite planète, tome 15 : Malicorne, aux Francofolies de La Rochelle

Publié le par Jean Théfaine

MALICORNE, “Concert exceptionnel aux Francofolies de La Rochelle”. Fin 1973, dans le Pop Club de José Artur, sur France-Inter, j’essaie de repérer soir après soir de qui est ce disque de la semaine dont deux titres, Pierre de Grenoble et Le Prince d’Orange, me chamboulent tant. Il faudra même que je secoue un peu mon disquaire pour qu’il me commande enfin ce 33 tours dont les auteurs, Gabriel et Marie Yacoub, n’ont pas encore endossé le pourpoint de Malicorne ; ce qui ne tardera pas. Soudain, débarqués d’on ne sait quelle planète magique, nous arrivaient les hérauts d’une tradition médiéviale somptueusement revisitée en polyphonies vocales arrache-cœur et en instrumentation miraculeusement équilibrée entre cromorne, dulcimer et guitare électrique. La guitare de Dan ar Bras, qui retrouvait ici son complice de l’aventure Stivell, le grand Gabriel Yacoub, à la voix si particulière.

Le voyage de Malicorne fut de grand large une décennie durant, puis prit fin en 1986 sur un ultime album studio, Les cathédrales de l’industrie. A l’unanimité, les membres du groupe décidèrent de tourner la page… et jurèrent de ne plus jamais remettre ça. C’était sans compter sur le pouvoir de conviction de Gérard Pont, le patron des Francofolies, qui, un jour de 2009, lança l’idée d’une reformation ponctuelle pour son festival. On vous passe les états d’âme de chacun. Finalement, ce fut “oui”, mais sous l’intitulé « Gabriel Yacoub invite Malicorne », histoire de bien indiquer que notre homme mène aujourd’hui carrière personnelle (chacun de ses albums est un poème) et qu’il n’a pas l’intention de profiter d’une vague de nostalgie, aussi honorable soit-elle.

 

La vidéo tangue pas mal, mais ça donne une bonne idée de l'ambiance.

 

Le 15 juillet 2010, la salle de La Coursive, à La Rochelle, était forcément archi-comble. Ce fut un triomphe pour un Malicorne estampillé d’origine, puisqu’aux côtés de Gabriel il y avait Marie, mais aussi Laurent Vercambre, Hugues de Courson et Olivier Kowalski. Beaucoup, pourtant, était à craindre de retrouvailles comme celle-là, 25 ans après l’extinction des feux. Miracle : non seulement les compères n’avaient rien perdu de la flamme qui les habita autrefois, mais c’est comme si le temps n’avait eu aucune prise sur eux ; mieux encore, qu’il avait bonifié leur chant (formidables Marie et Gabriel) et leur jeu. En témoigne un magnifique CD live de 14 titres, où on retrouve ces classiques que sont Pierre de Grenoble, Marions les roses, Le prince d’Orange. Avec en invités Karl Zéro sur La conduite et le Québécois Michel Rivard sur Voici la Saint Jean. Quatre morceaux cachés complètent l’album.

Le cadeau supplémentaire, c’est un DVD reprenant la totalité du concert, soit 1 h 45. Avec, en intro, le si beau et si poétique travail actuel en trio de Gabriel, et puis le concert de Malicorne ; avec les invités cités plus haut, mais également Claire Diterzi sur Les tristes noces, Jipé Nataf sur Quand je menai mes chevaux boire ; et puis Le Quatuor interprétant Le roi s’ennuie, Tété chantant La complainte du coureur de bois. De fameux moments, qui ornementent encore un peu plus la légende d’un groupe à nul autre pareil.  Pour les insatiables, il y a un film de 52 minutes, Chantier d’été, qui nous embarque dans l’intimité de la formation. Et puis, et puis, et puis un diaporama qui rappellera bien des souvenirs aux admirateurs de la première heure. Une collection de clichés pas fanés du tout, mêlant passé et présent en une dancerie de plus.

 

CD Concert exceptionnel aux Francofolies de La Rochelle 2010, 18 titres (dont 4 “cachés”), 71’39 ; Sterne/Sony Music. DVD, même titre, 1 h 45 de concert ; 52’ de reportage en coulisses et un diaporama ; Sterne/Sony Music.

Publié dans Toutes les musiques

Commenter cet article

Yves 13/02/2011 00:14


J'y étais, à La Rochelle, et je peux témoigner que l'émotion était palpable, tant sur scène que dans la salle. La soirée était très réussie, tant par le choix des titres interprétés que par la
qualité des invités. Ce concert reste un de mes meilleurs souvenirs de spectacle, et j'ai bien hâte de découvrir ce DVD !


Jean Théfaine 11/02/2011 23:03


Tu as "les tristes noces” sur le DVD.


Elsa 11/02/2011 17:53


Si y'a Les Tristes Noces alors j'me laisserais bien tenter !
Almanach est le seul album de Malicorne que j'ai vraiment apprécié .